Les pédagogies alternatives : Montessori, Freinet, Steiner

La méthode traditionnelle ou classique d’apprentissage fait de moins en moins, depuis quelques années, l’unanimité au sein des différents établissements d’enseignement. C’est ainsi que sont nées les pédagogies alternatives Montessori, Freinet et Steiner. Qu’est-ce qu’une pédagogie alternative ? En quoi consistent les pédagogies Montessori, Freinet et Steiner ?

Pédagogies alternatives : Qu’ont-elles en commun ?

Les pédagogies alternatives ou éducations alternatives désignent les méthodes d’éducation basées sur un enseignement différencié. Elles reprochent en effet aux pédagogies traditionnelles de centrer l’éducation sur le contenu de l’enseignement, plutôt que sur l’enfant.

Par ailleurs, à en croire ces pédagogies alternatives, le système d’évaluation et de notation n’est pas de nature, à favoriser l’engagement de l’enfant. Cela donne l’impression d’être en compétition.

Selon les tenants des éducations non traditionnelles, chaque enfant est doté d’un rythme biologique unique. Par conséquent, toute méthodologie qui ne prend pas en compte cette particularité de l’enfant, serait inefficace.

En outre, la plupart des écoles alternatives font du bilinguisme, dès le bas âge, une tradition.

Qu’est-ce que la pédagogie Montessori ?

Elle a été l’œuvre de la première femme médecin d’Italie, Maria MONTESSORI. Selon la pédagogie montessorienne, on n’éduque pas en enfant. C’est plutôt l’enfant qui doit agir sur lui-même. Le plaisir et le goût d’apprendre doivent être au cœur de l’enseignement. C’est pour cela qu’elle a mis en place des matériels pédagogiques Montessori, auto correctifs, adaptés à la taille de chaque enfant. Les principes de cette pédagogie sont les suivants :

  • Le respect du rythme d’apprentissage  de chaque enfant
  • L’enfant est l’acteur de son propre apprentissage.
  • L’éveil des sens
  • Le développement de l’autonomie et de la confiance en soi 
  • Le mélange des âges pour une meilleure socialisation
  • Le bilinguisme

Pédagogie Freinet : En consiste-t-elle ?

Célestin Freinet écrivait un jour : « L’école de demain sera centrée sur l’enfant ou elle ne sera pas ». Le rôle de l’enseignant n’est plus de « faire la classe », mais plutôt de servir de guide. L’enfant doit donc être pleinement intégré à l’élaboration des leçons. Selon cette pédagogie, c’est en expérimentant qu’on apprend. Il faut donc rendre l’enfant autonome. L’échec est en effet nécessaire. Les principes de cette école sont les suivants :

  • Apprendre par l’expérimentation
  • Développer la sensibilité des enfants à travers les classes ateliers et les classes promenades
  • Utilisation des outils d’apprentissage
  • Le bilinguisme

Pédagogie Steiner : Qu’est-ce que c’est ?

L’écriture, la lecture et les calculs sont des savoirs qu’on inculque, à l’enfant, aux dépends de son rythme biologique. C’est ce que regrette Rudolf Steiner. L’enfant n’est pas qu’une page blanche à remplir. La pédagogie Steiner privilégie plutôt, dès la toute petite enfance, l’enseignement artistique et corporel. Le fait, pour un enfant, de savoir jouer d’un instrument ou de faire du théâtre, développe son intelligence émotionnelle et le rend créatif. Les principes sont les suivants :

  • Apprentissage par le jeu à travers les enseignements artistiques
  • Ouvrir les enfants au monde
  • Les voyages d’apprentissage
  • Le respect du rythme biologique de l’enfant
  • Le bilinguisme

Les commentaires sont fermés.